Community Spotlight - Widow

novembre 24, 2020     Actus de la communauté  

Community Spotlight Widow

Que se passe-t-il lorsqu'on streame chaque jour pendant un an ? Une des étoiles montantes les plus brillantes de la communauté Rocket League, Widow, est sur le point de trouver la réponse à cette question. Vous l'avez peut-être vue sur sa chaîne Twitch où elle est en direct tous les jours, lors de sa participation à un récent stream Twitch Rivals, ou encore lorsqu'elle a présenté un stream de DreamHack plus tôt cette année. Widow semble fonctionner à plein régime, elle garde sa jauge d'énergie pleine grâce à son dynamisme et sa passion inégalables pour le streaming.

On pourrait penser que générer une telle quantité de contenu régulièrement ne se fait pas en un jour, mais Widow (ou MJ, quand elle ne streame pas) vient d'un endroit où les jeux vidéo étaient interdits et y joue à présent pour gagner sa vie face à des milliers de spectateurs. À l'école primaire, dans son État natal, le Kentucky, elle a été diagnostiquée TDAH. Elle a grandi en jouant sur Game Boy et GameCube, mais ses parents pensaient que les jeux vidéo risquaient d'être une distraction indésirable. Ce n'est qu'à son arrivée à l'université qu'elle a pu recommencer à y jouer.

« J'ai recommencé à jouer sur Xbox de manière presque religieuse, » se souvient Widow. « À la moindre occasion, je jouais à des jeux auxquels je ne joue plus du tout maintenant. Tout le monde jouait à des jeux de tir comme Call of Duty. C'est à ce genre de jeu que j'ai joué pendant mes années d'étudiante. »

À l'époque, Widow a pris ce qu'elle appelle la « voie de la sécurité » : elle suivait des études de marketing dans une université de sa ville natale tout en réfléchissant à son avenir professionnel. Ça a duré deux ans, avant qu'elle n'abandonne du jour au lendemain et fasse ses valises pour Los Angeles. 

« J'ai déménagé à LA, car je voulais devenir actrice ou écrire, mais je n'en ai jamais eu l'opportunité... et j'étais soudainement confrontée au coût de la vie à LA, » nous dit Widow en riant. « J'ai commencé à faire du marketing et de la gestion de réseaux sociaux pour des startups. Ils cherchaient quelqu'un avec un peu d'expérience qui savait utiliser les réseaux sociaux. Une chose en amenant une autre, j'ai commencé à avoir des postes dans le marketing. »

Ces emplois lui ont permis de voyager dans le monde entier ; de Los Angeles à Londres, en passant par Manchester et New York, puis de nouveau à Los Angeles. Widow ne s'arrêtait jamais de bouger et elle resta sur cette voie pendant six ans, mais elle nous confie qu'elle n'a jamais été réellement épanouie. Pendant tout ce temps, les jeux vidéo furent son exutoire. 

« Le travail était très stressant, dès que je rentrais à la maison, je jouais, » dit Widow. « Je jouais à des jeux comme Injustice et Mortal Kombat. Un de mes amis m'a également introduite à Fortnite. Je commençais à m'intéresser au streaming et un de mes colocataires de l'époque en faisait déjà un petit peu. Je jouais de toute façon, donc, un soir, j'ai juste essayé. »

L'installation du premier stream de Widow était très modeste : une Xbox One et une chaise pliante sans micro ni caméra. Après avoir téléchargé Twitch, elle était en direct pour la première fois le 7 décembre 2018. Son nom original était « Black Widow » (un clin d'oeil à sa passion pour Marvel). Puis, le processus d'apprentissage de l'art du streaming a commencé. 

« Je me souviens qu'une personne m'a demandé si j'étais nouvelle et je me suis rendu compte que je n'avais aucun moyen de communiquer avec elle, » dit Widow. « J'ai dû utiliser mon téléphone pour rejoindre mon propre chat et discuter. Puis, j'ai oublié que je devais quand même jouer au jeu. Il a suffi de l'intervention de cette personne pour que mon obsession de vraiment me lancer dans le streaming commence. Je voulais faire tout mon possible pour continuer à m'améliorer. Je veux parler au public et m'assurer que les gens s'amusent et aient envie de revenir. »

Son matériel a évolué en même temps que son amour pour le streaming. Elle s'est procuré une Kinect en guise de caméra et un casque pour discuter avec ses spectateurs, tout cela alors qu'elle continuait son travail dans le marketing. C'était un emploi du temps surchargé. Elle travaillait toute la journée, rentrait à la maison, se préparait pour son stream et était en direct sans arrêt de 22 heures à 4 heures du matin, puis recommençait le jour suivant. Au moment où elle commençait à vraiment adorer le streaming, sa vie prit un certain tournant. 

« Je me préparais pour rentrer chez moi pour Noël et on m'a dit qu'on avait besoin que je reste au travail, » explique Widow. « Je travaillais pour une startup basée en Thaïlande et le matin du jour de l'An, ils nous ont envoyé un message pour nous dire qu'ils arrêtaient tout et que tout le monde était licencié. Donc, je me suis retrouvée à Los Angeles, sans emploi et je venais tout juste de me lancer dans le streaming. Je me suis dit, pourquoi ne pas m'y mettre à fond ? »

Community Spotlight Widow 2

Débarrassée de son travail, Widow était entièrement vouée à ses streams. Elle apprit ce qu'il fallait éviter et adopter au sein de la communauté de streaming, à force d'essais et d'erreurs et grâce à des communautés sur Discord. Elle venait à peine de perdre son travail et devait faire attention à ne pas trop dépenser. Pour passer au niveau supérieur, elle décida de louer un PC de jeu. Elle commença à streamer 10 à 14 heures par jour et devint affiliée sur Twitch en l'espace de seulement deux semaines. Sa chaîne commençait à grossir, mais assez lentement. Elle cherchait un nouveau jeu. C'est là qu'elle a découvert Rocket League. Une personne d'un serveur Discord dont elle faisait partie commença à streameur le jeu. 

« J'ai lancé le stream et c'était le truc le plus stupide que j'avais jamais vu, » dit Widow en riant. « Ma première introduction à Rocket League fut le mode Rumble. Il y avait des bonus partout, absolument rien n'avait de sens. J'étais perplexe, mais aussi curieuse. À la fin, je ne pouvais pas arrêter de penser au jeu et à quel point les streameurs avaient l'air de s'amuser avec. J'ai donc décidé de le streamer le jour suivant. »

Widow dit que Rocket League a vraiment aidé sa chaîne à créer une vraie communauté. Comme tous les joueurs, elle était très mauvaise à ses débuts, mais ses spectateurs étaient prêts à l'aider. 

« J'ai mis 'First Time Playing Rocket League' (« Je joue à Rocket League pour la première fois ») en titre de mon stream et des gens sont arrivés et ont commencé à me coacher. Je crois que j'ai joué à absolument tous les matchs de classement dans les différentes playlists en deux jours. Je voulais un jeu où je pouvais interagir avec les spectateurs, je voulais qu'ils soient impliqués. C'était le meilleur sentiment de bonheur possible, exactement ce que je recherchais. »

[[pull_quote_2]]

Widow s'est retrouvée avec son jeu de prédilection et sa nouvelle obsession pour le streaming. Ces deux forces réunies, elle a commencé à générer du contenu de plus en plus régulièrement. Elle a commencé à avoir une certaine réputation dans la communauté Rocket League, car elle streamait le jeu littéralement toute la journée. Tout ceci a fini par évoluer en défis, comme 100 heures de streaming par semaine. Au moment où nous écrivons cet article, Widow est à 45 jours de devenir la première streameuse Rocket League à streamer chaque jour pendant une année entière. Un défi si éreintant ne vient pas sans sa part d'obstacles : il faut streamer quand la connexion ne fonctionne pas bien, streamer tout en organisant son déménagement ; sans parler du surmenage général.

Widow a fait des streams IRL (où elle documente sa vie quotidienne) pour remplacer Rocket League pendant son déménagement à Austin où elle vit à présent dans sa nouvelle maison de streameuse avec un groupe de créateurs de contenu ; notamment son petit ami, également créateur de contenu, Ranny et leurs deux chiens Rocket et Sora. Elle a même été obligée de streamer le jour où elle a subi une opération chirurgicale. Widow dit que les aspects positifs des défis surpassent toujours les mauvais jours.

« Je suis toujours surmenée. C'est fatigant, épuisant et je n'avais vraiment pas envie de streamer après l'opération, » admet Widow. « Mais chaque étape du chemin en a valu la peine. Je serai la première streameuse Rocket League à faire le one-year challenge et Ranny, le premier streameur. Je suis passée de 12 000 à plus de 28 000 followers et j'ai atteint les 2 000 abonnés pour la première fois. Je suis devenue créatrice de contenu pour Spacestation Gaming. Tellement de choses se sont passées, et tout ça grâce à Rocket League. » 

Outre la croissance de sa chaîne et les défis, Widow a trouvé une nouvelle motivation pour continuer à streamer : le développement personnel. Les heures passées devant la caméra ont un immense impact sur ses compétences sociales. 

« Le streaming m'a donné la confiance en moi que je n'ai jamais eue, » explique-t-elle. « Je n'avais pas d'amis au lycée. Je n'étais pas quelqu'un de très sociable. Je deviens doucement plus à l'aise en situations sociales et il y a un fort contraste entre comment je me comportais avec les gens avant que je ne commence à streamer et maintenant. Grâce au streaming, je suis à l'aise lorsque je parle aux gens. » 

[[pull_quote]]

Streameuse en pleine ascension, avec des objectifs de création de contenu complètement dingues, le tout en évoluant sur le plan personnel, Widow n'a jamais regretté d'avoir quitté son ancienne vie professionnelle. Elle n'a jamais autant été épanouie que dans sa nouvelle vie de créatrice de contenu Rocket League. Le conseil qu'elle donne à ceux qui veulent avoir autant de succès qu'elle est de ne pas la prendre comme modèle. Widow explique qu'il faut plutôt que chacun trouve sa propre passion dans le streaming.

« Le meilleur conseil que je peux donner à n'importe qui est de ne pas se comparer à un autre streameur ou une autre streameuse. Vous serez toujours déçu. Leurs streams seront meilleurs que les vôtres et vous aurez des jours difficiles. Restez vous-même et explorez qui vous êtes en tant que streameur ; c'est de là qu'il faut partir. Je pense que n'importe qui peut s'essayer au streaming. Croyez-moi, j'avais 26 ans quand j'ai commencé, je travaillais dans le marketing et je n'avais personne dans mon entourage pour me dire que j'allais réussir en tant que streameuse. J'ai juste essayé et j'ai adoré. Si c'est fait pour vous, vous le saurez. »

Widow doit son succès à son dur labeur et son dévouement, mais c'est la communauté Rocket League qui l'a le plus aidée. « Je veux remercier la communauté Rocket League pour avoir changé ma vie. J'y ai rencontré mes meilleurs amis, mon petit ami, mon réseau, et je me suis trouvée moi-même. Chacune de mes victoires est due au jeu et sa communauté. » 


Vous pouvez regarder le one-year challenge de Widow sur sa chaîne Twitch et voir des extraits sur sa chaîne YouTube.